Home > Warhammer Fantasy > Going continental

Going continental

L'homme armé

Something different today. In the interests of international peace and goodwill, this post will mostly be in French.

Aujourd’hui, ce blog sera en français, en l’honneur de la nouvelle édition de «Les Épées de l’Empereur: Schwarzhelm». Mes excuses à tous les lecteurs natifs français: mes compétences linguistiques sont terribles – je aurait dû me concentrer davantage à l’école (heureusement, Google est là pour aider).

«Schwarzhelm» a été initialement publié en anglais sous le titre Sword of Justice, et est le premier volume d’un dyptique racontant l’histoire de Ludwig Schwarzhelm et Kurt Helborg. Je suis très friands de ces livres, et ces personnages. J’avais déjà écrit un livre pour la série des «armées Empire» appelée «La Compagnie de Fer» (qui est également disponible en français), mais Sword of Justice a été le premier de mes livres où j’ai eu le sentiment de vraiment avoir compris l’Empire et de sa culture.

J’espère que les lecteurs français aimeront ce livre – je suis sûr que le traducteur, Sébastien Delmas, a fait un excellent travail. Voici un court extrait:

Raghram se montra enfin. Son suaire de ténèbres s’évanouit comme une nappe de brume dispersée par le vent. Il se redressa de toute sa hauteur au-dessus de la silhouette robuste de Schwarzhelm. Le monstre était vieux et gigantesque, et le dépassait de plusieurs têtes. Il puait la mort et la corruption. Ses mains burinées tenaient une hache aussi grande qu’un homme. Quatre cornes imposantes ornaient son front, et sa gueule balafrée était garnie de crocs énormes. Il portait une cuirasse et des épaulières dentelées en fer. Ces protections grossièrement forgées étaient décorées des runes des dieux sombres.

Ses yeux injectés de sang laissaient transparaître une ruse animale et toute la rancœur accumulée au fil des siècles par les créatures les plus malveillantes de la forêt. Toute l’aversion d’un monde primitif envers la civilisation des hommes se lisait dans ce regard. Cette créature ne ressentait rien en dehors d’une haine que seule la mort de ses ennemis pouvait apaiser.

Raghram se débarrassa des derniers lambeaux de ténèbres qui l’entouraient en rugissant, puis chargea. Ses gors le suivirent sans hésiter. La nuit était presque tombée. Les chevaliers tinrent leur position imperturbablement et se préparèrent au choc; Schwarzhelm rejeta sa cape en arrière. Il leva son épée, et tout ne fut plus qu’ombres et tumulte.

Advertisements
  1. 14 May, 2012 at 00:07

    From America, apologies if this is off topic as I speak no French. Great novel Chris!

  2. chriswraight
    20 May, 2012 at 12:55

    Thanks!

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: